Paroles de paroissiens

Ce site a été créé par un groupe de catholiques laïques de l'Est Lyonnais ; il cherche à faire le lien entre les paroisses de Décines, Meyzieu et Genas.

PereAbel
A Dieu Père Abel Siaudeau

 
Les mots croisés du 15 août
Artisans de Paix
 
Pause tisane un groupe pour redécouvrir la foi
Pause tisane 2019
Un médecin grec, adorateur des idoles, soucieux de ses malades dont il connaît la faiblesse et souvent la misère. Jusqu'au jour où il entend saint Paul parler de Jésus, qui vient apporter le salut et la résurrection. Pendant 18 ans, il ne quittera plus désormais l'apôtre des nations et le suivit jusqu'à son martyre à Rome en 67. Il est l'auteur d'un évangile et du livre des Actes des Apôtres. On y trouve plusieurs termes médicaux pour parler de la maladie de ceux qui s'adressent à Jésus. Soucieux d'authenticité, il nous dit avoir étudié ses sources, comme le médecin écoute son patient pour mieux dire un diagnostic. Modeste et compatissant, il retient plus que les autres évangélistes tout ce qui marque la bonté du Sauveur : l'enfant prodigue, le bon Samaritain, la brebis perdue, la prostituée qui s'en va pardonnée, le bon larron. Dante dira de lui « Il est le scribe de la miséricorde du Christ ».  Il est aussi celui qui a introduit beaucoup de femmes dans ses récits : par exemple, après la parabole de la brebis perdue, nous raconte la parabole de la pièce perdue.
Heureux lui-même d'avoir trouvé le salut, il est, à sa manière, le chantre de l'amour incarné comme saint Jean le sera de l'amour infini de Dieu Trinité. C'est lui qui nous a parlé avec tant de délicatesse de la Mère de Dieu, la toute pure et toujours Vierge Marie dont il nous dit: « Elle méditait toutes ces choses en son cœur » ce qui veut dire qu'avec amour Marie relisait dans sa mémoire les faits et gestes du Seigneur, pour en approfondir toute la signification, comme saint Luc l'a fait en écoutant saint Paul et en nous transmettant cet évangile de la bonté de notre Père du ciel.
Il est aussi l’auteur des Actes des Apôtres qui nous raconte les débuts de la vie de l’Eglise depuis l’Ascension jusqu’au premier séjour de Paul à Rome.
Dans la liturgie, il est fêté le 18 octobre.
Luc l'évangéliste

Les images du 15/08/2019 et 18/08/2019

Cliquer sur une image pour lire l'évangile et voir les images des dimanches précédents.

Évangile selon saint Luc 1, 39-56
En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
http://www.pere-gilbert-adam.org/Assomption-de-la-Vierge-Marie-au-ciel.html
Commentaire du Père Gilbert Adam
Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Pour approfondir le sens de ce récit, lire, sur son site, le commentaire du Père Gilbert Adam.

Évangile selon saint Luc 12,49-53
 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
http://fraternite-ofs-sherb.eklablog.com/homelie-20eme-dimanche-du-temps-ordinaire-18-aout-2019-a167899728
Commentaire du Père Jean Compazieu

Je suis venu apporter un feu sur la terre

Pour approfondir le sens de ce récit, lire, sur le site de la Fraternité francicaine, le commentaire du Père Jean Compazieu, prêtre.

Site mis à jour le 16/08/2019