Paroles de paroissiens

Ce site a été créé par un groupe de catholiques laïques de l'Est Lyonnais ; il cherche à faire le lien entre les paroisses de Décines, Meyzieu et Genas.

Pause tisane un groupe pour redécouvrir la foi
Pause tisane
horaires modifiés
Avec seize chapitres, son évangile est le plus court et le plus ancien des quatre textes, rédigé vers 65-70, probablement à Rome. Il est écrit pour capter l'attention d'un auditoire et pour être retenu par cœur.
L'auteur en serait le jeune Jean, surnommé Marc, fils de Marie chez qui la première communauté chrétienne de Jérusalem se réunissait pour prier. Il accompagne Paul et Barnabé dans leur mission à Chypre. Peu après, il refuse de suivre Paul, en partance pour l'Asie Mineure. Il préfère rentrer à Jérusalem. Paul lui en voudra, un moment, de ce lâchage : il préféra se séparer de Barnabé plutôt que de reprendre Marc. Mais Marc se racheta et deviendra le visiteur du vieux prisonnier à Rome. Dans le même temps, Pierre le traite comme un fils. Certains considèrent que Marc aurait été l'évangélisateur de l'Egypte. Ce n'est pas invraisemblable. D'autres affirment que son corps serait désormais à Venise. Après tout, pourquoi pas ? En tous cas, il fut un fidèle secrétaire pour Pierre.
Ce livre est destiné à un public romain, ébranlé par les persécutions de Néron, qui connaît mal le judaïsme palestinien. Marc cite peu la Bible, et il explique les mots et les usages juifs.
Son écriture grecque est populaire, facile d'accès, pleine de vie. Il présente Jésus comme libre, refusant d'être le Messie politique et royal que les Juifs attendaient. Il est ouvert aux non-juifs. Dans son texte, il insiste sur une approche du Christ comme étant le fils de Dieu ; c'est le centurion romain, donc étranger au monde juif, qui donne la clé finale, au pied de la croix : « Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu ». Au centre de cet évangile, la croix. Chaque lecteur comprend ainsi que lui aussi doit prendre ce risque-là.

Chacun des quatre évangélistes est représenté par un des Quatre Vivants de l'Apocalypse. Pour Marc, c'est le lion qu'on représente ailé.
Marc l'évangéliste

La BD du dimanche 22 avril 2018

Cliquer sur l'image pour lire l'évangile en BD et voir les images des dimanches précédents.

Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »
Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent
Pour approfondir le sens de ce récit, lire, sur le site eglise.catholique.fr le commentaire de Marie-Noëlle Thabut.

Site mis à jour le 18/04/2018